Clémentine, mandarine et tangerine

3266351762 1 15 MowzQrXq

3266351762_1_15_mowzQrXqLes bienfaits de la clémentine, de la mandarine et de la tangerine

  • Cancer (prévention). Plusieurs études ont démontré que la consommation d’agrumes serait reliée à la prévention de certains types de cancers3,4,11,12,14,45,46, comme le cancer de l’oesophage, le cancer de l’estomac, le cancer du côlon, de la bouche et du pharynx. Selon l’une d’elles50, une consommation modérée d’agrumes (soit de 1 à 4 portions par semaine) permettrait de réduire les risques de cancers se rapportant au tube digestif et à la partie supérieure du système respiratoire. En ce qui concerne spécifiquement le cancer du pancréas, les études demeurent toutefois controversées51.

    Une étude populationnelle suggère que la consommation quotidienne d’agrumes jumelée à une consommation élevée de thé vert (1 tasse et plus par jour) serait associée à une plus forte diminution de l’incidence des cancers49.

  • Cancer (ralentir la progression). Des composés antioxydants contenus dans les agrumes (les limonoïdes) ont démontré des effets anticancer in vitro ou sur des modèles animaux. Ils pourraient diminuer la prolifération de cellules cancéreuses29,35,47,48 du sein32, de l’estomac29, du poumon29, de la bouche34 et du côlon47.
  • Minneola_fruit_3-550x374Lipides sanguins. De nombreuses études ont démontré que la consommation d’agrumes en général serait reliée à la prévention des maladies cardiovasculaires5. Des études menées sur des modèles animaux ont démontré que la consommation de jus d’orange, de pamplemousse et de tangerine ou de flavonoïdes extraits de ces fruits diminuait le cholestérol9 et les triglycérides sanguins6, en plus de prévenir le processus menant à l’athérosclérose. Une autre étude menée auprès de femmes a révélé qu’une consommation régulière de mandarines durant l’hiver influencerait positivement le bilan lipidique22. Chez les enfants atteints d’hypercholestérolémie, le jus de mandarine (500 ml ou 2 tasses par jour) parviendrait à réduire l’oxydation des lipides et des protéines du sang et améliorerait le statut antioxydant des enfants52.
  • Santé osseuse. La bêta-cryptoxanthine, le principal caroténoïde contenu dans la mandarine et la clémentine pourrait prévenir la perte osseuse chez l’animal, en plus de stimuler la prolifération des cellules osseuses24. Une étude a démontré que l’administration de bêta-cryptoxanthine chez des animaux augmentait le contenu en calcium et améliorait la minéralisation osseuse23. Chez l’humain, le lien entre les concentrations sanguines de bêta-cryptoxanthine et de bêta-carotène, et la masse osseuse, n’a été démontré que chez les femmes postménopausées53. Par contre, il a été observé que les femmes ayant des concentrations de caroténoïdes élevées dans le sang présentaient moins d’incidence d’ostéoporose25.
  • mandarineInflammation. Plusieurs études ont démontré que les flavonoïdes des agrumes avaient des propriétés anti-inflammatoires. Ils inhiberaient la synthèse et l’activité de médiateurs impliqués dans l’inflammation (dérivés de l’acide arachidonique, prostaglandines E2, F2 et thromboxanes A2)54.
  • Autres effets. Parmi d’autres effets observés, deux composés présents dans les agrumes (la limonine et la nomiline) inhiberaient la réplication du virus de l’immunodéficience humaine (VIH), en plus d’inhiber l’activité de la protéase du virus38. La nomiline et d’autres limonoïdes (des composés de la même famille) amélioreraient le système immunitaire chez l’animal39. Ces résultats sont prometteurs, mais n’ont pas fait l’objet d’études cliniques contrôlées. Il est donc impossible pour l’instant de transposer ces effets chez l’humain. Enfin, la consommation de lutéine et de zéaxanthine, présents dans les agrumes, pourrait diminuer les risques de cataractes graves28.

Laissez un commentaire

Vous devez être connecté(e) pour laisser un commentaire.